la belle histoire

juste 13 ans

Nous avions juste 13 ans, nos mères venaient de partir respectivement avec un monsieur qu'elles aimaient et laissaient chez leur père respectif, d'un côté Dinouch et Julien et de l'autre ma soeur et moi.

Voilà, je crois que ça a commencé comme ça… On s’est rencontrée dans la cour à la recrée, il y avait 2 autres filles Nathalie F et Marie Laure O avec nous aussi, mais très vite avec Dinouch, on a plus fait qu’un !

De 13 à 19 on ne se sera plus beaucoup quittée !

Quand Dinouch arrivait à la maison et que le gros Haint (mon père) était affalé dans son fauteuil, elle s’approchait de lui puis venait l’embrasser en s’asseyant sur ses genoux en lui faisant son grand sourire avec le rouge carmin sur ses lèvres qui faisait que son sourire était un vrai sourire et lui sous le charme de répondre en jubilant « –comment tu vas ma belle ?« , « – bien ! » Elle répondait.

Elle allait toujours bien Dinouch, je crois que seul les gens qui la connaissaient vraiment bien pouvaient savoir quand elle n’allait pas bien.

Voilà, notre vie d’ados s’organisait entre chez Pierrick son père et notre gros (mon père). Il y avait nos mères, Monique et la mienne à qui de temps à autre nous allions rendre visite… (Il nous est même arrivé de retourner vivre avec elles). C’était dur parce que l’on se voyait moins…

Physiquement nous étions différentes, Dinouch était longue et fine, brune avec des yeux verts et un grand sourire, moi blonde et ronde, des yeux vert aussi et le presque même sourire… Régulièrement les gens qui ne nous connaissaient pas nous prenaient pour des soeurs…et ça c’était du bonheur! Parce que soeur c’était comme si on l’était !

On allait à l’école ensemble on vivait presque l’une avec l’autre tout le temps, on sortait ensemble dans les boums pour commencer et puis en boite pour finir, le seul truc qu’on ne faisait pas trop comme des soeurs, c’était de s’engueuler…

Ca ne nous arrivait pas trop souvent…

La Belette
Publicités

Une réflexion sur “juste 13 ans

  1. Dinouch n’en a jamais voulu à sa mère, Monique.

    Je pense que confrontée à la même situation ; Dinouch aurait eue la même démarche. C’est sans doute pourquoi elle avait cette grande inquiétude, qui l’a amenée à inventer sa vie en dehors des conventions. Elle avait besoin de construire notre relation sur une cohésion intellectuelle alors que nous avions la chance de vivre une relation amoureuse et physique.

    Dinouch n’acceptait pas d’appartenir, d’être dépendante, elle ne voulait pas reproduire le schéma de couple qui a poussé Monique à partir sans emporter ses enfants, car elle se savait capable de partir de la même façon si elle avait été confrontée à une situation où le choix raisonnable eut été d’accepter de renoncer à vivre sa vie comme elle l’entendait. Cette séparation n’a pas durée si longtemps… Un peu plus d’un an je crois…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s