Justice ?

Le procès

Le 10 avril a eu lien le Procès en correctionnel de la conductrice qui a provoqué l’accident.

Depuis, je suis réveillé plusieurs fois par nuit par des images de l’accident… des images de cette conductrice, de son inconséquence… Et surtout un ressentiment amer, je m’attendais à subir un traumatisme en écoutant cette femme, je m’attendais à entendre des choses terribles dans la plaidoirie de l’accusée… mais ce n’est pas ce qui est arrivé, ce qui m’a frappé, blessés, insulté, c’est les réquisitions du Procureur de la République.

Madame le Procureur, demande 5 ans avec sursis et 3 ans d’interdiction de Conduire en annonçant que c’est la peine maximale (en fait juridiquement la peine maximale est de 10 ans). Elle n’insiste pas sur les fausses déclarations de la prévenue, elle cite Audiard, Spinoza et nous explique que la justice ne peut rien devant ce drame, que c’est malheureux….

Cependant, ce drame est dû à un enchainement d’inconséquences, de manque d’altruisme… Il devrait y avoir une différence claire, entre une personne qui aurait un moment d’inattention, dans une situation exceptionnelle, une fête et qu’une circonstance imprévue amène à prendre le volant sans mesurer son état d’ébriété et une personne qui va sciemment à 35 kilomètres que chez elle pour boire avec des amis, sachant qu’elle doit aller chercher ses enfants à l’école ensuite et qui rassurée dans son énorme 4X4 à 70 000 € roule trop vite…

Les réquisitions semblent être une plaidoirie de la défense. J’ai le sentiment que la mémoire de Dinouch est salie, que l’état ne lui accorde pas d’importance, ne formule pas que ce drame n’aurait pas dû arriver, ne fait pas prendre conscience à l’accusée de la gravité de cet enchainement de faits qui ont mis en danger la vie d’autrui.

Je reste persuadé que cette personne, de par son attitude est dangereuse pour autrui. Il était du devoir du procureur de lui faire prendre conscience de cela, de sa culpabilité réelle. Je reste étonné que le Procureur n’ait pas demandé d’amende, que la prévenue rentre chez elle avec un simple retrait de permis et un sursit. Je n’ai pas entendue l’état français lui dire que cette attitude : boire sous médicaments antidépresseurs et conduire trop vite à 4 heures de l’après-midi est intolérable.

Jurisprudence :  Un homicide involontaire lors d’un accident de la voie public, avec responsabilité à 100% et circonstances aggravantes : alcoolémie de 1.76 assortie de prise d’un traitement médicale incompatible avec l’alcool, et vitesse excessive, peut être condamné par :

  • 3 ans avec sursis assorti d’une mise à l’épreuve de 5 ans,
  • 3 ans d’interdiction de repasser le permis de conduire,
  • pas d’amende.

(Le 10 Avril 2009 Tribunal correctionnel de Montpellier)

Publicités

Une réflexion sur “Le procès

  1. Le procureur général de la cours d’appel de Montpellier a interjeté appel… le 20 Avril 2009

    C’est une très bonne nouvelle, il sera certes difficile de se replonger dans un nouveau procès, mais je me sens tellement mieux…

    Cette personne habite un village voisin, et fait sans doute ses courses au même supermarché que moi… Si nous étions resté sur le verdict de ce premier procès, et sur les mots de ce procureur, je me serais résolu à déménager, à changer de job… à laisser derrière moi tous ceux qui se sont montrés si présent depuis le 20 Janvier… Je respire à nouveau.

    Dinouch avait le droit d’être défendue par la république, quelque soit la position sociale de cette femme, elle n’a pas le droit à un traitement de faveur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s