toi

Cette fille au square de la Maison Pour Tous : « Voltaire »

Cela fait trois mois que je suis à Montpellier, on est en octobre 2003 : J’amène Mathilde tester le cours de théâtre avant de l’inscrire pour l’année. J’attends. Je ne connais personne, j’arrive de Lille. Je remarque deux jeunes femmes qui attendent aussi leurs enfants et je me dirige vers elles. Sand et Cathy.

Elle me sourit d’un sourire qui illumine le parc, je sais que cette fille, je ne vais pas la lâcher… Avant de se séparer, elle me tend son numéro, sur la carte est écrit « PATSANDAL »…

Avec Sand, six ans vont passer, des rires, des larmes, des secrets, des confidences, des fêtes, les naissances d’Alix et de Dalaag, les anniversaires, les kermesses, les sorties d’école, le cinéma, la plage, les balades, l’amitié de nos filles durant leurs années d’école primaire, les pots de quartiers, la recherche de maison, des travaux comme les hommes avec nos combinaisons, nos piques-niques d’ouvrières avec nos mains pleines de plâtres, les discussions avec les voisins, Pipo le gitan et le Légionnaire, les spectacles au Château d’eau, les huîtres de Bouzigues, les baignades à Palavas, les moments sur ton balcon, le square de la Maison pour Tous, les chansons de Gainsbourg, les fringues de Birkin, les films de Charlotte, nos échanges et découvertes de livres, je devais te passer le dernier Fred Vargas, les repas improvisés chez moi, chez toi, avec nos enfants heureux. Presque six ans sont passés.

Le square de la Maison Pour tous Voltaire, terrain de jeu de nos enfants. Nous, mamans attentives et bavardes, juste assises sur l’herbe. Je me souviens de cette année là, tu cherchais l’idée, la bonne idée qui te permettrait de gagner du fric, mais aussi de t’épanouir et d’exercer tes talents relationnels. Tu avais envie d’ouvrir un p’tit resto sympa. Tu savais que les clients seraient au rendez-vous… Tu aimais aussi la langue des sourds, pourquoi… on en a jamais parlé, c’était un truc qui te plaisait : – Communiquer –

A Saint-Jean de Cuculle, tu t’es mise à refaire des tables avec du tissu et de la colle à bateau, le résultat était là… tuas fait pas mal d’essais… À la naissance de Dalaag, tu as fabriqué son berceau, suspendu dans votre chambre, votre fils comme un petit roi… Tu aimais créer, consacrer ton temps à ta famille et aux gens, il ne t’en restait guère pour toi… ton homme d’ailleurs te le faisait remarquer, à moi aussi parfois… « – mais prenez du temps pour vous », ça nous faisait rire… le temps aux autres… tu te donnais… déménagement, écoute psychologique, conseils éducatifs, soutien moral, aide à la restauration de maison, bricolage et peinture pour les autres, toujours, souvent… les autres… toujours à tendre la main, éviter que certains se noient, assistante sociale de classe…, les gens pouvaient t’aborder et te confier leur turpitude, leur angoisse et difficulté, leur joie… tu vivais leur joie, leur peine… Est-ce cette générosité, ce « don de soi » qui te rendait si particulière, si belle, si forte… si toi…

MLH

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s