toi

sa messagerie en boucle

 » – remets-la encore, une dernière fois, j’ai peur d’oublier sa voix « 

Et nous voilà, deux gamines, allongées dans les couloirs de cet hôpital complètement dépourvu d’émotion, à écouter sa messagerie en boucle, de peur d’oublier sa voix, de peur de laisser s’évaporer tous ces pauvres souvenirs d’elle, la forme de ses doigts, la façon dont elle marchait, nous voilà allongées comme des limaces toutes gluantes de larmes, nous voilà sans aucune notion du temps qui passe. Ca fait bientôt 5 heures que l’on fait des aller-retour,  sans vraiment marcher, sans vraiment traîner des pieds, sans vraiment courir, sans vraiment voler, entre cette machine automatique, pleine de poussière, et ces couloirs, eux aussi pleins de poussières de chagrins. Debout toutes les deux, devant cette foutue machine automatique, main dans la main, de peur qu’une de nous deux ne s’envole aussi, à choisir ce qu’on pourrait bien avaler d’assez léger pour pas nous étouffer avec cette grosse boule de coton dans la gorge, qui nous empêchait de respirer, et finalement, à moitié sure de nous, on a acheté cette soupe de tomates aux herbes, tu te souviens de ça ? vendue dans des verres en plastoc, qu’on croyait excellente, mais en réalité elle était dégueulasse cette soupe, c’était juste pour nous persuader qu’il y avait au moins une chose de bonne, au moins une chose de bonne dans les heures qu’on était en train de vivre ici, au moins une.

 » – remets-la encore, une dernière fois, j’ai peur d’oublier sa voix « 

Et nous voila, deux gamines, allongées dans les couleurs de cet hôpital complètement dépourvu d’émotions, à écouter sa messagerie en boucle, de peur d’oublier, d’oublier d’oublier d’oublier.

 » – Comment je vais faire moi ? comment je vais faire sans elle ? une mère c’est celle qui t’apprend toutes les notions essentielles de la vie, c’est elle qui t’apprend ce qui est bien ou mal. Comment je vais bien pouvoir faire ?  » Tu m’avais lancé ça, c’était plus ou moins ces mots-là que tu avais employé, et tu nous regardais ma mère et moi dans les yeux, et nous incapable de te dire autre chose qu’un  » – on est là !  » Mais avec un ton de voix un peu plus sûre que tous les autres mots qu’on a pu balancer c’soir là,  » – ON EST LA !  » Oui mon amour, on est là, on choisit pas sa famille, mais on peut y faire rentrer n’importe qui, ma sœur, ma beauté, tu es ce que j’ai de plus chère à protéger désormais. Personne ne sait ce qu’on a vécu et ce qui nous reste à vivre, personne. (ou peut-être elle)

 » – remets-la encore, une dernière fois, j’ai peur d’oublier sa voix « 

Au final, j’crois bien qu’on a oublié les mots exacts qu’elle avait employé pour sa messagerie. Si c’est pas un comble ça ? On a dû l’écouter en boucle à peu prés 20 fois et le seul truc dont on se rappelle c’est de cette soupe aux tomates et aux herbes, pas si bonne que ça, ou peut-être que si finalement, assez bonne, et merde mon amour ! Overdose de conscience, marre de tout étiqueter, cette soupe était mi-bonne mi-dégueu, et finalement je sais pas si c’est elle qui nous tenait aussi chaud ou si c’était le fait d’être ensemble, de partager notre manque tous les quatre, mais c’est à cet instant présent que j’ai ressenti le sentiment « d’amour » le plus sincère que je n’ai jamais encore vécu. Bien décidée de parler d’elle avec le sourire qu’elle avait toujours aux lèvres, je suis fière de toi, fière de ce que tu es arrivée a être, un peu hors du commun, comme elle. On a la plus belle âme qui veille sur nous à présent, et en plus on est ensemble alors tout va bien, je nous aime.

Valou

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s