la belle histoire

A noir,

Un golem c’est un être sans vie, un pantin : « MET » la mort… En ajoutant alef, la première lettre, sur son front : « EMET » (la Vérité) et en dansant autour de lui, en prononçant les lettres sacrées. Le golem prend alors vie.

Cette première lettre, qui redonne la vie. Cette première lettre qui symbolise le début, de tout, celle qui vient avant que la lumière soit, la chose elle même, ce qui précède à la vie, cette lettre arrachée que je retourne chercher dans mon avant quitte à m’y perdre, dans un voyage que je n’ai pas terminé.
A noir, disait Rimbault, tout commence là.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s