Non classé

20 janvier 2016

Quand je suis parti, tu m’as souri, le soleil était levé, je ne m’étais pas douché, pour emporter avec moi le goût de ta nuitQuand je suis parti, tu n’as rien dis, ou rien d’important, juste tes yeux, qui m’aimaient, l’olivier et la mer au bout de la vallée et le ciel tout bleu

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s