2 ans / 6 mois ferme.

(source)

« J’ai tué mon ami Fanfan », avait-il déclaré aux gendarmes. Hier, un homme de 37 ans était poursuivi pour homicide involontaire. A la suite d’un accident mortel survenu le dimanche 12 août 2007, vers 5 h du matin, sur une petite route de Plélan-le-Grand.

Le samedi 11 août, à son domicile d’Iffendic, cet homme se fait aider par son frère et par un ami. Les trois hommes construisent une tête de cheminée. A la fin de la journée, heureux du travail accompli, le propriétaire de la maison offre à ses compagnons un repas bien trop arrosé : apéro, vins, liqueurs à la cerise… Vers minuit, le trio décide de partir en discothèque en voiture.

Cinq heures plus tard, c’est le drame. L’automobiliste de 37 ans s’endort sans doute au volant, à moins que la vitesse excessive ne soit en cause. Dans une courbe à gauche, le conducteur perd le contrôle de sa R 19, qui mord l’accotement, puis percute un mur, avant de finir sa course sur le toit, dans un fossé. Le conducteur et son frère de 30 ans sont blessés. Mais leur ami, passager avant, meurt dans l’accident. François Lecomte avait 55 ans, il était père de cinq enfants, et habitait Monterfil.

Semi-liberté possible

Que s’est-il passé entre minuit et cinq heures ? En discothèque, les trois hommes ont bu une bouteille de whisky entière. « J’ai demandé à celui qui conduisait de me remettre ses clés, et il a refusé », affirme le patron de la boîte de nuit. « C’est complètement faux »,rétorque ce conducteur, hier devant le tribunal. « Un employé de la discothèque vous a aussi proposé d’appeler un taxi ? » questionne le président Laurent Châtelain. Silence du prévenu…

Au final, il avait 2,48 g d’alcool dans le sang à l’heure de l’accident. « Il aurait pu ne pas prendre le volant, ou ne pas boire en discothèque, il n’y a aucune fatalité dans ce drame », a plaidé Me Guillaume Chauvel, partie civile pour les enfants de la victime,« condamnés à une peine perpétuelle. » Le procureur, lui, a rappelé que le conducteur fautif avait déjà été condamné pour conduite en état alcoolique, en 2005. « Vous n’avez pas retenu la leçon, alors que vous exercez la profession de chauffeur. Je demande 30 mois de prison dont 18 ferme. »

En défense, Me Alain Berthault a parlé « du procès de l’alcool et de la stupidité. Tous les trois sont montés dans cette voiture alors qu’aucun n’était en état de conduire. » Le tribunal a opté pour une peine de 24 mois dont 18 avec sursis. L’homme condamné pourrait effectuer cette peine en semi-liberté, et ainsi conserver son emploi.

Michel TANNEAU.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s